Accueil Doubs central Les réseaux sociaux et la campagne #‎departementales2015‬ sur le ‪#‎Doubs

Les réseaux sociaux et la campagne #‎departementales2015‬ sur le ‪#‎Doubs

5 min lues
stat

Je n’ai jamais eu peur de prendre mes responsabilités et de faire des choix. En cela, je communiquerai très prochainement sur les élections départementales et notamment sur le canton de Bavans.

Mais ce n’est pas ce qui m’intéresse aujourd’hui. François Mitterrand disait : « il faut laisser du temps au temps » donc tout cela viendra à temps.

Aujourd’hui, ce qui m’alerte c’est le peu d’intéressement des personnes que je rencontre pour cette campagne. ET s’ils ont intéressés me disent clairement qu’ils voteront Front national.

Pour le premier point, il me suffit de lire ce qu’il s’écrit sur les réseaux sociaux.

Je lisais hier, sur la page d’une liste politique départementale, que le site internet de celle-ci avait atteint les 1200 visites en une semaine. Vu que je suis de nature curieuse émoticône smile , je me suis dit, je vais aller lire les chiffres de statistique de mon blog.

Vous les trouverez d’ailleurs en PJ.

1730 visites sur les 7 derniers jours pour un « type » même pas en campagne, retiré dans son pavillon à relire son dernier livre.

Franchement, ça m’inquiète !

Pas pour moi :-)

Ça m’inquiète de voir le Front national à ce niveau-là et les partis modérés PS et UMP aussi bas. Pas sans fondement d’ailleurs car depuis quelques années c’est la bérézina en terme de programme sans que les réformes importantes ne soient appliquées.

Ça m’inquiète enfin car le désastre des élections départementales sera énorme, voire traumatisante pour notre démocratie.

Mais j’espère vraiment, mais vraiment, me tromper…

Fabrice,

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Fabrice FRICHET
Charger d'autres écrits dans Doubs central

Laisser un commentaire

Consulter aussi

L’Isle sur le Doubs : « C’est vrai qu’il y a eu un loupé » – Est Républicain

L’application de la réforme des rythmes scolaires à L’Isle-sur-le-Doubs, maintenant c’est …