Accueil Mes commentaires sur l'actualite L’impasse, la meilleure alliée de François Fillon…

L’impasse, la meilleure alliée de François Fillon…

24 min lues
Fillon Gate

Bonjour à toutes et à tous,

Avant de commencer, j’aimerais vous faire part de cette magnifique citation de Marie Curie :

«  Dans la vie, rien n’est à craindre, tout est à comprendre. »

Alors chers amis,

Cette présidentielle n’a pas fini de nous surprendre…

Fillon qui annule sa visite au salon de l’agriculture mercredi dernier poursuivi par les juges d’instruction.

Qui ne peut pas faire campagne calmement.

Qui enflamme plutôt qu’il apaise.

Ça sent le roussi pour la droite…

Estimant que Fillon aurait dû renoncer à sa candidature à la présidentielle après sa convocation aux fins de mise en examen chez les juges le 15 mars, Bruno Le Maire démissionne de ses fonctions auprès de François Fillon…

Et d’autres après lui !

C’est la suite du feuilleton…

Alors !

D’un côté, je pose la question de savoir où vont se tourner les voix de ce dernier qui signe son suicide politique. Qui ne veut résolument pas que son parti gagne cette élection qui leur était pourtant imperdable…

De l’autre, je pose la question aussi de savoir ce que vaut la parole politique d’un candidat à la présidentielle chez LR alors que le 26 janvier dernier, François Fillon déclarait devant les Français que (s’il était mis en examen), il retirerait sa candidature à la présidence de la République française…

C’est là tout l’état de notre démocratie.

Enfin, pour moi, la parole donnée devrait être toujours le fondement premier de la crédibilité et de la sincérité.

Au-delà de toutes divergences politiques.

Absolument ahurissant pour un type qui avait fixé sa campagne sur son intégrité !

Je lis, parle, écris et réponds aux messages qui me sont envoyés.

La colère est forte et les hommes politiques de tout bord doivent l’entendre. Les citoyens sont exigeants, et ils ont raison, on nous a trop menti, trop trahi, depuis quelques années pour à nouveau ne pas voir la colère monter.

Dans une activité associative, et notamment l’association AntiCOR, je défends l’éthique en politique et la lutte contre la corruption. Et en constatant la situation actuelle, nous en sommes arrivés à un degré élevé d’exaspération.

Car c’est bien connu, selon l’adage, on a les politiciens que l’on mérite c’est bien connu. On ne demande pas à un élu qu’il soit grand, beau, charismatique, qu’il charme les foules, etc.

Non !!

On attend de lui qu’il soit honnête, sincère, fasse le boulot que l’on attend de lui, qu’il ait de la considération pour les citoyens, qu’il ne soit plus dans l’entre-soi…

Alors honnêteté, honnêteté, honnêteté !!

Est-ce que la droite a déjà perdu la présidentielle, je ne le pense pas.

Ce que je pense c’est que les électeurs de droite sont ébranlés, pris de court par des candidats qui ne méritent pas de voter pour eux.

Ce parti est gangrené depuis plus de 20 ans par le PARRAIN de la DROITE qui n’a rien perdu de sa superbe…

Sarko qui fixe rendez-vous aux compères Fillon / Juppé juste une heure avant le discours de Juppé, comme par hasard, c’est digne des parrains.

Don Vito Corleone, « parrain » de la famille mafieuse Corleone, « is come back » …

Il est de retour !

C’est un affaiblissement de la droite qui ne fait pas les affaires de ma gauche d’origine mais du parti d’extrême droite et c’est attristant…

Et dans tout cela, il n’est pas certain que le président prochainement élu disposera d’une majorité nécessaire à l’Assemblée nationale pour diriger ce si beau pays des libertés.

Alors les candidats pour ma gauche. J’en vois deux.

J’ai écouté Benoit Hamon que j’ai écouté en podcast sur #RMC .

C’est le candidat que j’avais appuyé au second tour de la primaire socialiste. Pour commencer ses propos, je suis convaincu par sa sincérité.

Je suis socialiste. Et je le resterai. Mais pour moi, il faut combattre pour l’idéal en passant par le réel avec le monde tel qu’il est. Et non vouloir le Grand Soir qui ne viendra jamais.

Dés lors…

Des sujets concrets méritent des réponses. Et quelques éléments me semblent toujours autant abstraits notamment le revenu universel.

Personnellement, je pense que les français ont besoin de travailler. Et qu’ils doivent travailler pour pouvoir s’exprimer et s’épanouir socialement.

Alors plutôt que de proposer un revenu universel, qui serait une bonne idée s’il est seulement attribué aux 18 – 25 ans, on devrait réfléchir aux modes de production. Et à ses réalités pour répondre aux exigences environnementales. La question de la croissance verte, pour moi, sera toujours l’alpha et l’Omega de l’économie du XXI éme siècle.

Après pour sa promesse de voir l’Allemagne mutualiser notre dette.

Il faut arrêter de se cacher derrière l’arbre et assumer notre pensée socialiste. Mais une pensée socialiste crédible.

Il va falloir régler quelques détails…

Après, il y Emmanuel Macron que j’ai écouté lui aussi en podcast.

La démarche est innovante, intéressante.

Il propose des choses concrètes qui permettent de se poser certaines questions sur l’état de notre pays.

Social, sociétal, éducatif, international, etc.

Cependant, deux éléments sont manquants pour enrichir le débat politique.

Comment rembourser la dette de notre pays ?! 2200 milliards d’Euros dont plus de 800 milliards d’intérêts.

La question de la croissance verte n’est pas d’actualité.

C’est un homme de gauche qui peut aller très loin.

Je n’oublie pas le président de la République, François Hollande, qui prend la peine de répondre à Marine Le Pen sur ses mots sur les fonctionnaires. Il a raison. Et cela ne me choque pas.

Ce qui m’interroge c’est cette stratégie de taper sur les fonctionnaires pour masquer son refus d’aller répondre à la justice sur son rôle dans l’affaire des attachés parlementaires Front national.

Que l’on soit d’accord ou pas. Cliver la France restera toujours une folie !

Enfin, pour faire suite à une demande d’un lecteur sur le fait de pourquoi j’aimais tant la politique.

J’ai rencontré François Mitterrand en avril 1988 à la fin de son meeting à Besançon. Et ça chers amis c’est très difficile de l’oublier.

Voilà comment est née mon histoire au Parti socialiste.

Je conclurai sur cette citation de développement personnel, qui elle aussi est magnifique.

«  Il ne faut pas avoir peur du bonheur, c’est seulement un bon moment à passer. ».

Amitiés fidèles,

Fabrice

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Fabrice FRICHET
Charger d'autres écrits dans Mes commentaires sur l'actualite

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Question au conseil municipal du 15 mars 2019

Je ne suis pas d’accord sur les investissements onéreux que notre commune de l’Isle sur le…