Accueil Mes commentaires sur l'actualite Affaire Griveaux : la chronologie d’un scandale

Affaire Griveaux : la chronologie d’un scandale

12 min lues
images

Pour moi, faire de la politique, ce n’est pas vivre de la politique, avoir des mandats et les conserver. Je n’ai jamais vécu de la politique. Ainsi ma vie, c’est aussi d’autres choses qu’il me semble utile de partager avec vous.

Aussi il m’est aisé d’écrire ce qui suit car cette affaire est écœurante du début à la fin !

Notre Démocratie s’est abîmée il y a quelques jours dans laquelle une campagne électorale ne peut pas tout justifier. Notamment la destruction d’un homme Benjamin Griveaux et de sa famille.

Je n’ai aucune sympathie pour cette personne qui m’a toujours comme disent les jeunes « gonflé ».

Mais la politique doit être un débat d’idées, projet contre projet, et non pas des attaques personnelles sur la vie la plus intime des personnes.

B Griveaux n’était apprécié de pas grand monde c’est une chose mais on vit dans une drôle d’époque quand même. Car n’oublions jamais de ce fait une chose essentielle à mes yeux : il y a l’homme et il y a ce qu’il se passe à côté. Il y a la politique et le privé. L’un et l’autre ne doivent jamais cohabités.

Ce que n’a pas fait Benjamin Griveaux en instrumentalisant sa famille dans Paris match comme dernièrement. Et c’était une connerie qu’il a pris comme un boomerang.

Mais la réflexion que l’on doit avoir est de savoir jusqu’où l’on va aller dans ce monde du tout people !

Aussitôt passé l’écœurement, la candidature à la mairie de Paris chez la république en marche est devenue un véritable one-man-show. Où vendredi dernier encore, Agnès Buzyn disait sur France Inter qu’elle ne « pourrait pas » être candidate en raison de son agenda « très chargé » et du « surcroît de travail » provoqué par la crise du coronavirus. Pour aujourd’hui la voir candidate !

On est dans une drôle d’époque…

Sur le fond de cette affaire Griveaux :

Dans cette coulisse d’une exécution politique, c’est la liberté même et l’excès de transparence qui ressortent ; où l’opacité même de la vie privée doit toujours rester la motivation primordiale de toute construction démocratique.

En ce sens et à tout égard, Benjamin Grivaux est une victime d’une seule affaire qui n’abîme pas que lui. Mais toute personne souhaitant partager des idées. Et dans cette affaire qui n’a rien à voir avec la violence d’un combat électoral, un cap a été franchie dans la vie politique francaise devenue de plus en plus américaine. Je compare cette affaire à l’affaire qu’a traversée jadis Pierre Bérégovoy. Dont François Mitterrand s’était alors insurgé.

Dans un monde du tout information où chaque attaque peut anéantir aussi rapidement un homme politique dans la rapidité en quelques heures à peine.

La vague grondant ou du scandale numérique d’une vidéo, d’un post ou d’un tweet imposant sa loi sans discussion possible dans la médiocrité.

Il y a 20 ans les joutes politiques portaient sur les projets de société. Elles portent aujourd’hui sur du people d’égouts !

Enfin sachez chères lectrices et chers lecteurs que je suis toujours très honoré de partager mes écrits à une population web de plus en plus croissante sur mon blog.

Amicalement,

Fabrice Frichet

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Fabrice FRICHET
Charger d'autres écrits dans Mes commentaires sur l'actualite

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Ça flotte…

Typiquement, c’est la panique à bord. Au pire, c’est le bateau qui coule ! Apr…